Le Clavier Français sous Windows manque-t-il de caractères ?

Bonjour,

sous Linux/Ubuntu on peut saisir plein de caractères directement en appuyant sur AltGr ou Shift+AltGr plus une autre touche du clavier.  Sous Windows, sur la plupart des touches cela ne fonctionne pas.  Pourquoi le clavier Français par défaut impacte-t-il aussi inutilement la productivité de ses utilisateurs/-trices ? 

Merci de m’éclairer sur ce problème majeur de Windows.

MarcelSchneider654

_______________________________________________________________________

P.S. :  Cette question, qui a été convertie en discussion (sans doute parce que l’on a dû me prendre pour un troll), reflète malheureusement mon ignorance. Tout en présentant ici mes excuses, j’espère m’en racheter en me répondant à moi-même (avec les libertés que cela amène !).

Si vous disposez de peu de temps à consacrer à la lecture des threads, je vous invite à cliquer ci-dessous pour

Lire ma réponse

 

Informations sur la discussion


Dernière mise à jour novembre 12, 2018 Consultations 1 704 Produit(s) concerné(s) :

* Essayez d'entrer un numéro de page plus petit.

* N'entrez que des chiffres.

* Essayez d'entrer un numéro de page plus petit.

* N'entrez que des chiffres.

Oui Le Claude, du "bla-bla", il y en a !

Et c'est un habitué qui étale sa science comme la confiture => http://answers.microsoft.com/fr-fr/profile/d21d886e-7bc6-4a25-866c-3e6061ee9b12

Bonjour,

je ne pense pas comme vous -:)

Mes posts sur ce forum — qui est d’ailleurs le premier et le seul où j’interviens — s’inscrivent dans une démarche constructive d’amélioration de l’outil.  En partie, comme c’est le cas dans ce thread, ils invitent à remettre à plat un certain nombre de routines peu efficaces afin de les remplacer par des solutions performantes pour gagner du temps. 

Cordialement,

MarcelSchneider654

Malheureusement, je me trompais en écrivant cela.  Le clavier Windows pour la France (en fait, juste pour le « Français » n'est pas un clavier officiel.  Je prie tous les lecteurs/-trices de ce post, de bien vouloir m'excuser de les avoir mal informé(e)s.

Lire ma réponse suivante

La partie indentée ci-dessous est fausse, je devrais la supprimer mais je la laisse pour bien faire voir que je ne suis ni troll ni maugréant.  J'aimerais juste qu'on arrête de se voiler la face et de gaspiller son temps avec des acrobaties à longueur de document voire de journée, là où il suffit normalement d'appuyer sur une touche ou deux.

Bonjour (je me réponds à moi-même),

ce que vous évoquez n’est clairement pas un problème de Windows.  Si problème il y a, il concerne plus spécialement la disposition de clavier française, et Microsoft n’y peut rien.


Le système d’exploitation que vous évoquez fait partie des logiciels libres, où comme le nom l’indique, on a la liberté d’inclure ce que l’on souhaite dans chacune des différentes distributions.  Microsoft pour sa part s’en tient rigoureusement aux claviers officiels des différents pays du monde.  Notamment, quelques pays d’Europe ont des claviers très riches avec des caractères sur quatre niveaux y compris sur les touches alphabétiques, et une dizaine de touches mortes.  Toutes ces dispositions de clavier sont disponibles sur tout ordinateur vendu sous Windows.

Comme votre souci concerne le clavier français, sachez que par exemple le Œœ n’existait pas dans le jeu de caractères Latin-1 (ISO 8859-1) qui a servi de base à la normalisation du clavier d’ordinateur, et ce parce que dans le groupe de travail qui a sélectionné les caractères à retenir, l’un des membres français travaillait pour un employeur qui avait fourni beaucoup de parcs d’imprimantes ne pouvant pas imprimer le Œœ, et l’autre n’avait pas encore entendu (il l'apprendra peu après l'entérinement) que le Œœ est un caractère à part entière (exactement comme le Ææ qui, lui, a été retenu) ;  un autre représentant de la francophonie, tout en insistant sur la nécessité du Œœ, n'a pu présenter d’arguments, et une autre personne susceptible de sauver le Œœ, était en arrêt maladie.  Malheureusement, le reste de la France n’était pas appelé à s'impliquer.

Or Microsoft est tout à fait conscient du caractère contingent des différentes dispositions de clavier et de leur inadaptation aux besoins d’un certain nombre d’utilisateurs/-trices.  Aussi Microsoft met-il à la disposition de toutes/tous les utilisateurs/-trices un petit logiciel gratuit qui s’appelle Microsoft Keyboard Layout Creator, et qui permet de modifier les agencements fournis, ainsi que de définir des agencements entièrement nouveaux et entièrement personnalisés.  Grâce au Microsoft Keyboard Layout Creator, chaque utilisateur/-trice a la possibilité de travailler sur le clavier qu’il lui faut.

Si le Microsoft Keyboard Layout Creator existe uniquement avec une interface en anglais, c’est qu’au final il est assez peu utilisé et plutôt méconnu.  C'est très dommage mais cela explique pourquoi il n’est pas inclus dans Windows et est à télécharger sur le site de Microsoft et à installer après activation du .NET-Framework (Panneau de configuration > Programmes et fonctionnalités > (volet gauche) Activer fonctionnalités).

Aller sur la page de téléchargement du MSKLC


Car en général, les utilisateurs/-trices sont très satisfait(e)s des ressources qu’ils/elles trouvent par défaut dans leur ordinateur Windows :

  • La plupart des claviers nationaux ont tout ce qu’il faut pour écrire la langue du pays, certains comme le clavier suisse-allemand ont même moyen d’en écrire deux ou trois (d’où d’ailleurs le comportement appelé SGCap, d’après Swiss-German Capitals, car c’était le premier clavier à implémenter cette astuce, disponible elle aussi dans le Microsoft Keyboard Layout Creator).
     
  • Il existe même des claviers dits étendus, par exemple au Royaume Uni, et des claviers bilingues, comme en Scandinavie, sur lesquels il est possible d’écrire d’autres langues que la langue dominante.  Et là on ne parle bien entendu que des claviers fournis avec Windows.

  • Pour écrire des noms ou des textes dans d’autres langues, l’utilisateur/-trice est invité(e) à changer de disposition de clavier le temps de faire, grâce aux listes déroulantes de la Barre de langue et à des raccourcis clavier avec lesquels il est possible de basculer littéralement entre trente-six claviers choisis par l’utilisateur/-trice, avec changement de langue d’entrée ou avec maintien du français comme langue d’entrée, selon ce qui a été défini par l’utilisateur/-trice (Panneau de configuration > Région et langue > Claviers et langues > Modifier [en fait, activer et désactiver] les claviers).  ¡Firedog en donne la marche à suivre dans sa Réponse au thread sur comment écrire avec des caractères spéciaux dans Windows Live Mail
     
  • Plus particulièrement en France, les exigences au niveau de la saisie ordinaire sont très réduites comparées à l’éventail des caractères français, parce qu’aux origines de la machine à écrire, il a été décidé de réduire cet éventail pour éviter d’augmenter le nombre de touches par rapport au clavier américain, tout en consentant le sacrifice de reléguer les chiffres au niveau deux afin de créer un accès direct à cinq minuscules diacritées.  La logique qui a présidé aux choix, était de ne plus accentuer les majuscules, et les lecteurs/-trices se sont vu(e)s dans l’obligation de s’entraîner à la compréhension des titres et textes non accentués.
  • Lors de l’informatisation, c’est probablement pour que le passage se fasse en douceur qu’on a renoncé à rediversifier la saisie de texte, en utilisant le niveau supplémentaire surtout pour ajouter les signes nécessaires en programmation, quitte à y laisser près de la moitié des places vides sans compter les touches alphabétiques ni la touche <> (qui n’existe pas sur tous les claviers).  On s’était tellement habitué au renoncement qu’on n’a même pas voulu le ³ en niveau deux sur la touche ² (comme il existe sur d’autres agencements francophones) et que l’occasion de rajouter nos accents et tout ce qu’on aurait voulu, est passée inaperçue.
  • À tel point d’ailleurs que l’Éducation Nationale a dû continuer d’enseigner la non-accentuation des majuscules pendant plusieurs décennies, quitte à ne pas préparer les élèves à leurs futurs environnements d’études et de travail. Mais depuis le milieu des années 2000, l’Éducation Nationale accentue les majuscules, à commencer par le Bulletin Officiel, et c’est alors face au défaut de mise à jour du clavier d’ordinateur par les normalisateurs, que Microsoft a pallié le manque de caractères par d’autres moyens.
  • Dans Word (au plus tard dans Office 2010) en effet, Microsoft a implémenté des touches mortes virtuelles pour l’accent aigu et la cédille (qui existent réellement sur d’autres dispositions de clavier d’Europe et du monde y compris francophone) ainsi que pour le digramme soudé (appelé improprement ligature) permettant aux utilisateurs/-trices d’insérer facilement le œ, le Œ, le É, le Ç, le æ et le Æ (ce sont les raccourcis clavier bien connus avec Contrôle + <&>, <'> ou <,>).  De même, Word contient un raccourci clavier pour l’insertion de l’espace insécable (Contrôle + Maj + Espace → U+00A0). Même les tirets cadratin et demi-cadratin sont insérables dans Word par le clavier sans être dans la disposition de clavier, grâce aux raccourcis clavier (Alt +) Contrôle + signe moins du pavé numérique. C’est peut-être aussi à cause de ces facilités que les utilisateurs/-trices préfèrent souvent saisir leur texte dans Word pour le coller ensuite dans d’autres applications (Excel, ...).
  • Une fois la norme ISO Latin-1 publiée, Microsoft y a aussitôt vu les lacunes et a créé pour ses systèmes le jeu de caractères Windows-1252, en rendant disponible l’une des deux plages réservées aux caractères de contrôle système.  Bien entendu, Windows-1252 contient le Œœ, ainsi que le Ÿ dont le Latin-1 ne contient que la minuscule...  (Pour rendre justice à l’ISO, il faut mentionner ici la tardive norme ISO 8859-15, alias Latin-9, qui comporte elle aussi ces caractères français manquants, grâce à l’exclusion de quelques signes inutiles.)

  • Pour faciliter le travail des utilisateurs/-trices, Microsoft a créé la possibilité de saisir par leur code tous les caractères encodés dans l’ASCII (c’est le fameux “Alt+pavé numérique”, qui en deça de l'ASCII commence à Alt+1 et inclut un espace insécable Alt+255, en plus de celui par Alt+0160).  Cela aussi est une solution détaillée par ¡Firedog (voir ci-dessus ou cliquer ici).  Ce mode de saisie ne fonctionne d'ailleurs pas toujours ni, s'il est implémenté, de la même manière, sous Linux, où l’utilisateur/-trice a surtout le choix de l’agencement de clavier parmi un vaste choix de dispositions étendues.  Mais au pire des cas, il/elle y est limité(e) aux caractères disponibles sur un seul agencement (étendu certes, mais qui peut ne pas contenir le Œœ !).
     
  • Comme Microsoft soutient Unicode, dont il est membre du Consortium, Microsoft Word permet dès à présent de saisir par leur unicode tous les caractères unicode disponibles.  Ce n’est pas plus mal que l’ASCII, où le Ç par exemple se saisit par Alt + 0199 (ou Alt + 128), car l’unicode du Ç est C7, donc on fait C7, Alt + C, et le Ç est saisi.  Mais dans Word, ce mode de saisie sert à insérer d'autres caractères que les caractères de base du français.
     
  • La correction orthographique presque omniprésente nous enlève le souci de nous occuper du Œœ, l’insertion de ce caractère spécial se faisant toute seule. Ce sont surtout les formes conjuguées qui restent sur le carreau si l’utilisateur/-trice ne prend garde de saisir le mot d’abord sous une forme disponible (comme œuvre) avant de le... corriger après correction (comme pour œuvra).

  • En l’absence de gestion intelligente du clavier telle que Microsoft l’a implémentée dans Word, les raccourcis clavier avec Contrôle + Alt interfèrent avec le niveau 3 de la disposition de clavier (dans un autre thread sur ce forum, la chose est évoquée plus en détail).  Eu égard à ce problème, il vaut mieux limiter à deux niveaux les touches alphabétiques, comme c’est le cas pour de nombreuses dispositions de clavier.


En fin de compte, les utilisateurs/-trices de Windows ont à la fois tout ce qu’il faut et pas tout à fait ce qu’il faut.  Ce n’est pas une raison d’envier les utilisateurs/-trices de Linux — le Microsoft Keyboard Layout Creator tourne uniquement sous Windows !


Cordialement,

MarcelSchneider654

Voir sur ce Forum comment modifier un agencement vite fait avec le MSKLC
Le MSKLC contient une Aide embarquée, en anglais simple à comprendre.

Bonjour,

est-ce que vous vous êtes déjà demandés pourquoi le clavier français sous Windows s’appelle « Français » et pas “Français (France)” ?

La réponse, c’est que contrairement à une idée reçue fausse, il n’est pas officiel.

De nombreux autres pays du monde l’ont fait, mais notre gouvernement n’avait jamais fait normaliser le clavier d’ordinateur.  Lui seul en effet, et plus précisément le Ministère de la Culture et de la Francophonie, est habilité à faire élaborer et à rendre obligatoires des normes en matière de clavier.  Or que ce soit lors de la création du jeu de caractères incomplet ISO 8859-1 (Latin-1, fait pour écrire les langues d’Europe occidentale mais ne permettant pas d’orthographier correctement le français), ou lorsque Microsoft n’a pas tardé à recompléter cette norme défectueuse en définissant le jeu de caractères Windows-1252, ou encore lorsque l’ISO a réparé elle-même son erreur par une nouvelle page de code, ISO 8859-15 (Latin-9), faite pour remplacer Latin-1, jamais, jamais aucun responsable politique n’a fait doter la France d’une bonne disposition de clavier.  C’est uniquement de nos jours, grâce au gouvernement actuel, que ce processus est engagé.

Le résultat des courses, c’est que depuis des dizaines d’années, la grande majorité des utilisateurs/-trices sont obligé(e)s de continuer de s’embêter de plus ou moins bonne grâce avec un clavier défectueux, soit en écorchant notre langue (c’est-à-dire, en décapant les majuscules accentuées et en arrachant le E dans le O pour le taper à côté), soit en perdant beaucoup de temps avec des complications inutiles et contre-productives (raccourcis clavier longs, saisie à codes, tables de caractères spéciaux).

Les problèmes sont nés de la fusion de la chaîne typographique avec la dactylographie informatisée (dite traitement de texte) pour donner naissance à la PAO, le Desktop Publishing (on commença à publier directement depuis son bureau).  De simples périphériques de sortie à l’origine, les imprimantes en sont venues à se substituer aux rotatives.  Celles d’IBM et de Bull ne contenaient pas le Œœ (à l’instar de nos machines à écrire), et c’est d’ailleurs un employé de Bull qui (probablement pour éviter que sa société soit obligée de fournir des mises à jour gratuites à des clients en colère) a insisté au sein du groupe de travail de l’ISO pour que le Œœ reste exclu de la page de code dite Latin-1.

On a parlé de machines à écrire...  Pour remonter jusqu’au début de la chaîne des responsabilités, il faudrait parler du ou des technicien(s) obscur(s) que jamais les historiens ne sont parvenus à identifier, qui ont défini l’agencement de clavier français de France.  Sans mettre en cause son ergonomie (azerty plutôt que qwerty), il faut relever l’ineptie de la touche ² qui en France ne comporte pas le ³ et qui (sachant que sur les machines à écrire de toute manière, tous les “exposants” et “indices” s’obtiennent en décalant le papier d’un cran) devrait porter plutôt le œ et le Œ.  C’est ce que fera d’ailleurs, bien plus tard, le créateur de l’agencement Latin-9 sous X.Org, disponible aussi sous Windows grâce au travail de Patrick Lamaizière.  Peut-être la normalisation du clavier français, actuellement en cours, retiendra cette option.

Car en ajoutant aujourd’hui, le ³ sur la touche du ², nous ne prêterions que davantage à rire que nous n’avons déjà dû le faire, certainement aussi au sein de Microsoft qui n’a même pas ajouté le Ÿ dans la liste du tréma quand ce caractère s’est enfin vu ajouter, dans ISO 8859-15 (Latin-9), à son petit frère le ÿ présent dès ISO 8859-1 (Latin-1).  Mais le Ÿ est présent aussi dans Windows-1252 !

On décrypte que Microsoft (à la différence de son concurrent Apple) se sert du clavier improbable qu’il nous a fait, comme d’un outil marketing pour mettre en valeur les applications qu’il nous vend.  Microsoft Word contient ainsi des raccourcis clavier palliant l’absence de œŒ, de Ç, de É et de touche morte accent aigu en général, en plus de faire de l’autocorrection.  Mais déjà dans Excel, ces raccourcis clavier n’existent pas, et les utilisateurs/-trices regrettent de ne pouvoir y taper un Ç, de ne pouvoir y modifier la casse que par une fonction, et peut-être d’autres choses encore.

Aujourd’hui il est temps d’en finir avec toutes ces vieilleries, mais il a vraiment fallu refaire le point, car pour nous, il n’y a aucune matière à s’enorgueillir.

Microsoft est en situation d’impolitesse à l’égard de la France et doit lui présenter des excuses, par rapport au clavier pour rire avec lequel il nous brime depuis des décennies.  Il peut se racheter en implémentant dans Windows 10, entre autres choses, les touches mortes multiples, ce n’est pas irréaliste, cela fonctionne déjà en ce moment sous Ubuntu.

Cordialement,

MarcelSchneider654

* Essayez d'entrer un numéro de page plus petit.

* N'entrez que des chiffres.

* Essayez d'entrer un numéro de page plus petit.

* N'entrez que des chiffres.